Pour 2018, avez-vous ce qu’il faut pour être un bon boss?

Le 27 décembre 2017, accompagné par Nicolas Duvernois de Pur Vodka et de David Dion de Recrutement précision nous étions en onde avec Marie-Élaine Proulx au 98,5 et nous avons eu un échange sur ce qu’il faut pour être un bon boss. Je vous invite à écouter ce segment http://www.985fm.ca/webradio

Être un leader ce n’est pas une sinécure;  une grande intelligence émotionnelle et sociale sont nécessaires pour établir la confiance, une bonne communication, avoir le courage de dire les vrais choses et de prendre des décisions difficiles, une vision, un sens de la direction qui donne du sens, qui stimule, mobilise, responsabilise et engage les ressources, une bonne gestion de l’ego, de l’éthique, etc.

Les dirigeants et gestionnaires doivent être solide et bien ancré – avec la vitesse effrénée des affaires, de la technologie -  les espaces/temps de recul sont devenus des incontournables – le passé n’est plus une référence pour créer l’avenir – la vigilance, l’initiative, la créativité, l’innovation sont le fruit d’une organisation saine et équilibrée.

Les organisations n’ont pas les moyens de diluer leur énergie avec des activités qui grugent leur énergie (conflit, communication aliénante, ne faire qu’éteindre des feux, …) La santé tant individuelle qu’organisationnelle n’a pas de prix.

Le plaisir, la positivité et la productivité sont des conditions de succès pour des milieux de travail mobilisant et attirant et pour retenir les ressources.

Les gens quittent les gens et non pas les organisations.

Quelques piste pour 2018:

  • Selon vous, quels sont les compétences que vous auriez intérêt à développer?

  • Est-ce votre vision et votre modèle d’affaires sont compris par l’ensemble de vos ressources?

  • Êtes-vous en mesure d’apprendre de vos échecs avec votre équipe?

  • Est-ce que vos ressources clés comprennent leurs responsabilités?

  • Est-ce que votre structure organisationnelle et l’organisation du travail favorisent le travail d’équipe et le partage des bonnes pratiques?

  • Est-ce que vous autorisez l’expérimentation et reconnaissez le droit è l’erreur?

  • Est-ce que vos valeurs et votre culture favorisent l’apprentissage, le partage, la transparence, l’entraide?

L’humain au cœur du changement!